Murs et vie rurale

Fonctionnels avant d'être esthétiques, ces murs sont des réponses pleines de bon sens des hommes pour s'adapter à un territoire et pour y vivre.

Art de la nécessité, ces murs

  • délimitent les propriétés,
  • soutiennent les terres et les chemins,
  • dévient l'eau vers les moulins,...

Un terrain en pente bien exposé ?  Des terrasses de culture y sont aménagées à l'aide des pierres qui se trouvent dans le sol ou à proximité...!

La construction de ces murs est donc intimement liée aux pratiques agricoles.  Par exemple, l'épierrement, étape préalable à la culture des sols, "entretenait" la fabrication de murs de soutènement ou de délimitation.  Ce travail pénible consistait à enlever les pierres du sol afin de permettre aux fermiers de le charruer.  Ces pierres étaient utilisées efficacement, en pente, en créant des terrasses de culture et, sur les plateaux, des murs de clôture délimitaient la propriété et/ou freinaient le vent.

 

Patrimoine

Sans vouloir être exhaustif, le relevé des constructions en pierre sèche effectué par le GAL Pays de l'Ourthe est donc un état des lieux et vise à faire connaître les multiples aspects de ce type de petit patrimoine rural.

Les murs en pierre sèche à Houffalize !

Le nombre de murs est sans conteste élevé et l'homogénéité présente. Schiste, moellons plats et couvre-mur à moellons plats constituent les caractéristiques des murs en pierre sèche présents à Houffalize.  Le schiste se prête facilement à cette façon de construire de par sa structure feuilletée car elle est facile à fendre.  Elle donne des moellons bien réguliers, très souvent en longues assises, faciles à mettre en place.  Mais cette pierre reste néanmoins cassante.

Terrasses Houffalize

Perré crêté berges avenue de la Gare Houffalize

retour en haut de la page

A Wibrin, en bordure du village, les habitants ont aménagé le versant le mieux exposé en terrasses de culture.  Le nombre et la longueur des murs sont spectaculaires, tout comme l'état de conservation.  L'appareillage très régulier et l'aménagement d'escaliers témoignent d'un grand savoir-faire

retour en haut de la page

A Mont, le "Parc à moutons" est décrit comme "L'aménagement général des ces parcs comporte une fontaine, un ruisselet ou une eau endiguée par des murets et des gazons, des murs secs de clôture et parfois des appuis rocheux" par Victor Allié dans un article paru en 1976 dans le Bulletin Historique de Ségnia.  Aujourd'hui, le lieu est envahi par la végétation.  Néanmoins, des sections de murs restent bien visibles en hauteur et attestent de la qualité de construction.

Cette construction serait liée au nettoyage des bêtes avant la tonte et permettrait de "diriger" les bêtes vers le cours d'eau.

 

et plan de Victor Alllié 1976

 retour en haut de la page

Aux Collas, l'enclos en arkose est remarquable !  Ces vestiges et le témoignage d'un habitant nous permettent de reconstituer les enclos tels qu'ils étaient vers 1935.  Il semblerait que 6 prairies d'une longueur de 150 m devaient être clôturées par des murs en arkose.

Par ailleurs, conservé au Musée de la Vie Wallonne, un intéressant témoignage de promeneur datant de 1937 relate que les prés étaient délimités par des murs en pierre du pays "accumulées" les unes sur les autres et non pas par des fils barbelés "dans le région des Tailles sur le plateau de la Baraque Fraiture".

 

 

 retour en haut de la page

Situés au centre du village de Tavigny, les anciens jardins du curé forment un joli ensemble pittoresque de murs de séparation en schiste.  De lourdes dalles en schiste stabilisent les murs.

 

 

retour en haut de la page

Le terme perré-crêté désigne une construction de mur en pierre sèche, placée sur chant, comme soutènement de berges.  Ces murs sont parfois dénommés "en hérisson".  Quoiqu'il en soit, l'idée de "pointe", de verticalité s'exprime à travers les mots "hérisson" ou "crêté".

 

 Perré crêté moulin Bock Houffalize

retour en haut de la page

 

Les murs en pierre sèche à La Roche-en-Ardenne !

L'inventaire démarre à La Roche-en-Ardenne avec l'aide des membres de la CLDR.  Et déjà, de très belles découvertes comme

  • les enclos de vergers, à Ortho (à droite) et à Mierchamps (à gauche),

 Mierchamps

 retour en haut de la page

  • les terrasses à La Roche (rue de Rompré 44a-46 à gauche, corniche de Deister 9 au centre et rue Champ de Prévôt),

 

  • et à Villez (La Roche)

 

retour en haut de la page

  • les longs murs bordant des sentiers à Maboge (gauche) et Ferme au Pont (droite)

retour en haut de la page

Très vite, un constat s'impose également : la diversité du patrimoine en pierre sèche sur la commune.  Cette diversité se traduit par les différents types de pierre utilisés, l'appareillage et le nombre très variable de murs au sein des villages.

De très beaux longs murs en schiste habillent noblement le village de La Roche et témoignent d'un savoir-faire exceptionnel.  Certes, ils sont beaux mais ils défient surtout le temps grâce à leur performance liée à la qualité de leur mise en oeuvre.

Fonctionnels avant d'être esthétiques, ces murs sont des réponses pleines de bon sens des hommes pour s'adapter à un territoire et y vivre.  Art de la nécessité, ces murs délimitent les propriétés, soutiennent les terres et les chemins, dévient l'eau vers les moulins.  La construction de ces murs est intimement liée aux anciennes pratiques agricoles.

 

 Perré crêté Val de Bronze 13 - La Roche-en-Ardenne

Durbuy

Le relevé est en cours

Quelques exemples de murs (Barvaux à gauche, Bomal au milieu et Borlon à droite)

 

 retour en haut de la page

Hotton

Le relevé et l'analyse sont en cours

 retour en haut de la page